Catégorie : En 3ème

La Première Guerre mondiale en mots et en images

Les classes de 3e2 et de 3e7 ont achevé cette semaine leur projet « La Première Guerre mondiale en mots et en images ».

Depuis le mois de septembre,  les élèves de 3e2 et de 3e7 travaillent en parallèle de leurs cours de Français, d’Histoire et d’Anglais sur une sélection de romans de littérature jeunesse, de films et de bandes dessinées sur le thème de la Première Guerre mondiale.

Mardi 14 novembre, les élèves ont rencontré Arthur Ténor, auteur d’un des livres de la sélection : Il s’appelait … le soldat inconnu.

La dernière étape du projet s’est déroulée à la médiathèque le jeudi 23 novembre. Les deux classes se sont, tout d’abord, affrontées dans un jeu de questions-réponses venant clôturer le défi littérature-cinéma. Puis, tout au long de la journée, les élèves ont participé à des ateliers :

  • Le premier atelier, animé par le documentariste Jean-Marc Manivet, a proposé aux élèves de réaliser un documentaire historique à partir d’images d’archives. Les élèves ont dû sélectionner les images, écrire la voix off puis faire le montage de leur documentaire sur tablette (application i-movie).

 

 

  • Dans le second atelier, les élèves ont réalisé des calligrammes à partir de poèmes qu’ils avaient écrits, évoquant une émotion, un objet ou une personne liés à la Première Guerre mondiale. Les élèves avaient la possibilité de s’inspirer de poèmes d’Apollinaire, ou plus largement de poèmes sur la guerre et d’images (casque de poilu, masque à gaz, colombe…).

 

 

  • Dans le troisième atelier, l’illustratrice Annabelle Noir, a poussé les élèves à s’interroger sur l’art dans les tranchées (matériaux, message…). Chaque élève a ensuite réalisé une sculpture à partir d’un fil de fer.  

 

 

 

 

 

 

  • Le dernier atelier consistait en une initiation au doublage et à la rédaction de sous-titres en langue anglaise. A partir de films tels que Shoulder arms de Charlie Chaplin, les élèves ont réalisé de petits films sur tablettes (application i-movie).

Texte et photos : J. Zurfluh, L. Perrier.

Tournoi de slam

« THE SWALLOW PROJECT » Art et tolérance

Les élèves de la Sine font « leur Street Art » sur le mur du collège.

Dans le cadre du festival ART & TOLERANCE organisé par La Ville de Vence du 16 au 19 novembre, les élèves de 3ème  du collège de la Sine ont participé ce mardi 10 octobre à la réalisation d’une fresque d’hirondelles « THE SWALLOW PROJECT » en pochoirs et feutres acryliques sur un mur du collège, chacun réalisant une hirondelle en création libre pour un envol commun sur le thème de l’art et de la tolérance dans le cadre de l’œuvre réalisée par la créatrice Sophie Sarramégna, CeramicTattoo.

 

Cette expérience culturelle enrichissante et forte en émotions s’inscrit parfaitement dans le cadre du parcours d’éducation artistique et culturelle accompli par chaque élève qui se construit de l’école primaire au lycée, et qui est indispensable à la démocratisation culturelle et à l’égalité des chances. Ce projet travaillé en amont en cours d’anglais par Mme Fournier, en français par Mme Clément et en EMC par Mme Ciais, leur a permis d’acquérir des connaissances et des compétences. En effet, les élèves ont pu s’approprier des questions artistiques en prenant appui sur une pratique artistique et réflexive mais aussi mener à bien une production à la fois individuelle et collective dans le cadre d’un projet mêlant rencontre avec une artiste et moment de partage entre élèves et professeurs.

Enfin, l’œuvre s’inscrira dans le projet SWALLOW PROJECT © de la créatrice Sophie Sarramégna CeramicTattoo et figurera dans la carte du monde (google map) des hirondelles (http://www.ceramictattoo.com/the-swallow-project).

Pour visionner la vidéo de fresque, cliquez ici !

Texte : Mme Ciais.

Photos et vidéo : Mme Fournier.

Article de Nice matin :

DES ADOS… DES MAUX … DES MOTS…

Dans le cadre du Festival « Art et tolérance », tous les élèves de classes de troisième du Collège La Sine de Vence ont pu assister au  spectacle « Maux d’ados », présenté par les acteurs de la compagnie Miranda qui depuis 22 ans propose des actions de prévention utilisant le théâtre comme outil de communication sur des sujets parfois difficiles à aborder quand on est adolescent.

En effet, lors de la représentation, les élèves se voient évoluer à travers les acteurs dans leurs environnements quotidiens (le collège, la maison…) et avec les personnes qui les entourent, amis, ennemis, parents, enseignants, personnel éducatif. L’objectif du spectacle est que les élèves puissent se trouver face à eux-mêmes comme dans un miroir, et leur permettre de prendre conscience de certains de leurs comportements. C’est aussi le moyen de se mettre à la place des autres (victimes, profs).  Les problèmes de harcèlement, de changements liés à l’adolescence, d’influence des autres, des cyber- addictions, des risques liés aux réseaux sociaux, des discriminations…

Tout ce qui fait partie de la vie des ados !

 

Pour la compagnie Miranda, le langage théâtral est le langage humain (comme humaniste) par excellence. Le théâtre se nourrit de la société et de ses maux. Il permet de mettre en lumière et en mots les conflits et les émotions, il peut révéler ce qui est caché, dire les silences avec force. Il représente une aide précieuse à la communication entre les individus. Il est un « support » qui montre sans expliquer, en s’appuyant d’abord sur l’émotion.

Cette troupe ne veut pas moraliser mais plutôt faire réfléchir en faisant rire, et mettant parfois mal à l’aise, en étant triste : balayant ainsi les sentiments.

Le spectacle est immédiatement suivi d’un échange avec des professionnels de terrain (gendarmes, éducateurs, psychologues, assistants sociaux, médiateurs…) qui permet de libérer la parole, répondre aux questions, et surtout dire aux ados qu’ils ont toujours des adultes près d’eux pour les accompagner, les écouter et les aider.

A l’issue de la représentation et du temps de parole, une brochure avec les coordonnées de structures nationales ou locales leur a été distribuée.

 

Texte et photo : Mme Ciais.

 

Randonnée sur le thème de la solidarité, du partage et de la collaboration!

Mardi 19 septembre : journée de sensibilisation à la mucoviscidose pour plusieurs élèves vençois.

Elèves de CM2 (école St-Michel), de 6e et de 3e sont montés ensemble à la chapelle St-Raphaël afin de « donner leur souffle à ceux qui en manquent ». 

Cette journée fut également l’occasion de mettre en place un tutorat 6e-3e et un partenariat CM2-6e pour l’année à venir.

 

Les élèves de 3ème 2 font leur « Expo photo » sous le regard bienveillant de la photographe américaine Caroyl La Barge et de leurs professeurs.

Tout au long de l’année scolaire, l’EPI photo a permis aux élèves de 3ème 2 de découvrir non seulement l’Art de la photographie mais aussi la photographie d’Art. Les différents temps et sorties pédagogiques leur ont permis la découverte des grands noms de la photographie et l’approche des nouveaux enjeux de la création contemporaine. Par les rencontres avec les œuvres et les artistes, la connaissance des techniques et les pratiques de la photographie, nos élèves encadrés par une équipe de professeurs volontaires et engagés que sont Mme Fournier, Mme Decobecq, Mme Doll, Mme Caporossi, Mme Cid, Mme Russo, Mme Ghigo, Mme Foucher, Mme Ciais, M Mergnat et M Benayoun, ont pu développer tout au long de l’année leur sensibilité et créativité.

Les élèves ont travaillé toute l’année autour de 3 grands Thèmes en collaboration avec Caroyl La Barge. Le « School project », afin de s’approprier leur espace et apprendre à utiliser leurs appareils photo, les élèves ont shooté en utilisant la lumière et le mobilier du Collège de La Sine.

 « Complementary Color », après un tirage au sort de deux couleurs complémentaires, les élèves en autonomie ont dû associer des objets de la vie quotidienne en respectant les couleurs complémentaires. Ils devaient ainsi composer leur photo, comme des artistes.

« Paparazzi Project », lors de la sortie à Nice, les élèves ont dû se mettre en scène en élaborant au préalable un scénario, deux groupes ont été constitués avec des rôles bien précis. Ce travail a permis aux élèves de s’initier au travail de groupe, et à l’autonomie. Le shooting à la manière des paparazzi qui traquent les stars d’aujourd’hui a été réalisé dans les rues du Vieux Nice, les photos en noir et blanc ont été retravaillées en salle informatique et mise en vidéo/musique afin de familiariser les élèves au montage vidéo. Le film reportage vidéo de cette activité est projeté lors du vernissage de l’exposition.

« Urban Abstract Project »

Une journée en Italie dans la ville de San Remo a permis aux élèves de découvrir l’Histoire de la ville grâce à une visite guidée, l’architecture italienne et de pratiquer toute la journée leur LV2 ainsi que le vocabulaire technique étudié en cours d’Italien.

Leur travail autour du thème de l’abstraction en photographie consiste à shooter en utilisant le zoom des éléments anciens, dégradés du paysage urbain, afin d’arriver à l’abstraction.

Différents ateliers de pratiques artistiques ont été menés afin de réaliser des sténopés en lien avec le Musée de Mougins, André Villers. « Time capsule Project », « Haïku » rédaction de poèmes en anglais technique du poème Japonais Haïku. Exposés et dossier documentaire en cours d’Histoire présentés à l’oral sur les photographes célèbres, le choix est laissé à leurs sensibilité, travail préparatoire pour l’oral de DNB et « organisation de l’exposition », accrochage des œuvres, création musicale et concert (cours de musique), préparation du vernissage, invitation, film vidéo, médiation autour des oeuvres créées par les élèves.

Au cœur de l’éducation artistique et culturelle, la réflexion sur l’éducation à l’image présente des enjeux de premier plan. La multiplication des techniques de prise de vue, des appareils, des modes de diffusion de l’image font passer l’élève du statut de spectateur à celui d’acteur.

Expo photo au collège

Magazine numérique de l’EPI « Première guerre mondiale en mots et en images » des 3e1 et 3e5

Dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale, un projet a été monté au collège La Sine par des professeurs de Lettres, d’Histoire et de Documentation. Ce projet a été labellisé en 2016 par la Commission centenaire 14-18. Une classe de 3e du collège Yves Klein de La Colle sur Loup nous a rejoint depuis deux ans.

Depuis il constitue un EPI pour les 3e concernés.

Voici le magazine numérique qui a été réalisé pour rendre compte du travail des élèves : EPI première guerre mondiale.

Lettres de poilus

Dans le cadre de l’EPI Français et Histoire-géographie, des élèves de 3ème6 ont participé à un concours de lettres.

Voici les résultats après la lecture du jury composé de six membres : 
– n°1 Nina Mascarin
– n°2 Caroline Simonet
-n°3 (ex aequo) Morgane Bernasconi et Angel Caron
Félicitations pour cet excellent travail!

 

Journée à la médiathèque EPI Première Guerre mondiale

slider_label_centenaireLa journée de clôture de l’EPI sur la Première Guerre mondiale a eu lieu jeudi 1er décembre.

Après la finale du Défi lecture et cinéma remportée par le collège Yves Klein, les élèves de 3e1 et de 3e5 ont participé à trois ateliers :

  • Une conférence avec Jean-Yves Le Naour, historien et scénariste de films et de BD : Comment mettre en fiction un fait historique ?
  • Un atelier avec Annabelle Noir, illustratrice : Comment représenter « l’ennemi » ?
  • Un atelier avec David Rivière, scénariste : Comment scénariser une lettre de poilu ?

 

articledefiArticle du Nice Matin du 02/12/2016 par M. Divet

Aller au contenu principal